Vivek Goel, membre du conseil d'administration de Vector, nommé à l'Ordre du Canada

8 février 2021

Blog Perspectives Une IA digne de confiance

8 février 2021

Par Jonathan Woods

"Vivek Goel a consacré sa carrière à l'amélioration de la vie des Canadiens. Il est réputé pour l'attention constante qu'il porte à l'amélioration de notre communauté et, à cette fin, il a fait preuve d'une générosité sans faille en donnant de son temps, de son énergie et de son expertise. Il mérite l'honneur d'être nommé membre de l'Ordre du Canada, et je suis fier et privilégié de le compter parmi mes collègues. - Ed Clark

"Le professeur Goel a joué un rôle indispensable pour faire de Vector ce qu'il est aujourd'hui. Il a façonné la façon dont nous formons les talents et réalisons les avantages de l'apprentissage automatique pour les gens, notamment en aidant à concrétiser les ambitions de Vector en matière de soins de santé. Au nom de toute la communauté Vector, je le félicite pour sa nomination en tant que membre de l'Ordre du Canada et pour son nouveau rôle en tant que chancelier et président de l'Université de Waterloo." - Garth Gibson

Compte tenu de la carrière de Vivek Goel et de ses contributions à la santé publique, sa nomination en tant que membre de l'Ordre du Canada ne pouvait pas mieux tomber qu'au beau milieu d'une pandémie historique. Vivek Goel a été reconnu pour "ses contributions en tant qu'universitaire et administrateur engagé dans l'avancement des services de santé publique, des soins de santé fondés sur des données probantes et de l'innovation en matière de recherche"[1].

M. Goel espère que cette nomination attirera l'attention sur un service public important qui, en période de prospérité, passe généralement inaperçu. Il déclare : "Le travail de la santé publique n'est souvent pas très connu, j'ai donc l'impression que ma reconnaissance contribue également à reconnaître ce travail en général", ajoutant que "c'est un grand honneur et une grande leçon d'humilité".

Au cours de sa carrière, M. Goel a apporté des contributions majeures à l'administration de la santé publique, à l'enseignement post-secondaire et à la technologie. Il a été président fondateur et directeur général de Santé publique Ontario de 2008 à 2014, où il a supervisé le développement d'une grande partie de la capacité de l'Ontario à gérer les crises sanitaires, y compris l'actuelle pandémie de COVID-19. Il a également occupé les fonctions de vice-président et provost, puis de vice-président de la recherche et de l'innovation à l'université de Toronto, de membre fondateur du conseil d'administration de l'Institut Vecteur, de scientifique fondateur de l'Institut des sciences cliniques évaluatives et de stratège académique en chef de la plateforme mondiale de technologie éducative Coursera. En juillet 2021, M. Goel entamera le prochain chapitre de sa carrière : un mandat de cinq ans en tant que président et chancelier de l'université de Waterloo.

L'impulsion qui sous-tend les contributions multidisciplinaires de M. Goel part de la question qui l'anime depuis qu'il est passé de médecin de famille à professionnel de la santé publique : "Comment pouvons-nous avoir un impact positif sur le plus grand nombre de personnes possible ?"

"L'une des choses dont je me suis rendu compte, c'est qu'en tant que médecin, je ne voyais qu'un patient à la fois et peut-être vingt personnes par jour", explique M. Goel. "Mais lorsque vous vous occupez de maladies infectieuses, de maladies chroniques ou d'obésité infantile, vous pouvez avoir un impact sur des dizaines de milliers de personnes. Dans le domaine de la santé publique, c'est la communauté tout entière qui est votre patient".

Cette notion était particulièrement importante à la suite de l'épidémie de SRAS de 2003 à Toronto, qui a fait de la ville l'une des régions les plus touchées de l'hémisphère occidental et l'une des seules à connaître une propagation communautaire de la maladie. Après que des enquêtes ont révélé que l'insuffisance du partage des données, de la capacité des laboratoires et de la communication avec le public avait contribué à la gravité de l'épidémie, M. Goel a quitté son poste de vice-président et doyen de l'université de Toronto pour s'attaquer à ces problèmes en tant que président fondateur et directeur général de Santé publique Ontario (SPO). À la tête de PHO, il a supervisé la mise en place et la coordination des capacités des laboratoires publics et le regroupement des compétences scientifiques et épidémiologiques au sein d'une seule organisation afin, entre autres, de jeter les bases d'une organisation des tests et de la surveillance des épidémies - ce qui s'est avéré vital quelques années plus tard lorsque le COVID-19 a commencé à se propager dans la province.

Au début de la pandémie de 2020, M. Goel a apporté son approche et son expertise en matière de santé publique à son poste de vice-président de la recherche et de l'innovation à l'université de Toronto. Il y a coprésidé l'équipe de direction de l'incident COVID-19, créée pour coordonner rapidement la réponse de l'université aux circonstances changeantes de la pandémie et pour superviser ensuite les préparatifs du retour en toute sécurité des professeurs, du personnel et des étudiants sur le campus. Il a également transformé en podcast les séances d'information COVID-19 qu'il donnait régulièrement aux doyens et aux professeurs de l'université, afin de partager avec un public aussi large que possible des mises à jour rapides sur les nouveaux développements et leurs implications.

"Mon objectif, dans chaque podcast, était de présenter quelques faits rapides au mieux de mes connaissances", explique M. Goel. "Il est important de veiller à ce que les gens puissent obtenir ces informations directement auprès des acteurs de la santé publique.

En dehors de la santé publique, M. Goel a participé à des développements majeurs dans la recherche universitaire et la technologie en Ontario. Lors de son dernier mandat à l'université de Toronto, il s'est concentré sur le développement de la collaboration multidisciplinaire et des relations avec l'industrie ( ). Il a facilité d' importantes initiatives de recherche dans le domaine de la santé, notamment la création du Ted Rogers Centre for Heart Research et de Medicine by Design, une initiative visant à "entreprendre des recherches transformatrices en médecine régénérative et en thérapie cellulaire"[2]. Sur le plan technologique, M. Goel est devenu membre fondateur du conseil d'administration de l'Institut Vecteur pour l'intelligence artificielle, enthousiasmé par les possibilités qu'offrait l'apprentissage automatique pour améliorer la prestation et les résultats des soins de santé. Il a ensuite soutenu le développement du Centre d'innovation Schwartz Reisman, un complexe de 750 000 pieds carrés financé par un investissement philanthropique de 100 millions de dollars de Gerald Schwartz et Heather Reisman et destiné à accueillir les scientifiques de l'IA et les experts biomédicaux de l'université.

Aujourd'hui, en tant que nouveau chancelier et président de l'université de Waterloo, M. Goel réfléchit à la manière d'appliquer son principe directeur en matière de santé publique - Comment pouvons-nous avoir un impact positif sur le plus grand nombre de personnes possible ? - dans le contexte d'une "université post-pandémique".

M. Goel décrit l'université post-pandémique comme une université qui met à l'ordre du jour les grandes questions soulevées par la pandémie. Il explique : "La pandémie est l'un de ces moments historiques charnières, et nous vivons des changements assez spectaculaires dans la société. L'utilisation de la technologie pour l'enseignement virtuel, la recherche collaborative et la résolution des grands problèmes mondiaux s'est accélérée au cours de l'année écoulée". Il ajoute que la pandémie a également exacerbé ou mis en lumière certains défis, notamment les disparités socio-économiques et les questions liées à la race, à la mondialisation et à la polarisation politique. Selon lui, ces évolutions technologiques et sociétales ont soulevé plusieurs questions nouvelles et importantes sur le rôle de l'université, le type de recherche qu'elle devrait mener et les perspectives qu'elle devrait offrir sur ces questions.

"Lorsque je discute avec les étudiants, ils savent que c'est le monde dans lequel ils vont devoir vivre et ils veulent travailler sur ces questions", explique M. Goel. "En tant que président de l'université de Waterloo, j'ai l'occasion de travailler avec des collègues de tout le pays et du monde entier, et nous pouvons réfléchir à la manière d'éduquer la prochaine génération de manière significative sur ces questions, et essayer d'opérer un changement générationnel."

La devise de l'Ordre du Canada est Desiderantes meliorem patriam - "Ils aspirent à une patrie meilleure" - et les personnes qui y sont nommées sont reconnues comme l'incarnation de ce sentiment. L'Institut Vecteur salue les contributions de M. Goel et la reconnaissance bien méritée du travail qu'il a accompli pour concrétiser ce désir et de ses efforts pour donner aux nouvelles générations les moyens de poursuivre leur ambition de faire de même.

Notes de bas de page :

[1] Site Web du gouverneur général du Canada. La gouverneure générale annonce 61 nouvelles nominations au sein de l'Ordre du Canada. 30 décembre 2020. https://www.gg.ca/en/activities/2020/governor-general-announces-61-new-appointments-order-canada

[2] Site web de Medicine by Design. https://mbd.utoronto.ca/about/who-we-are/

 

En rapport :

Vector Membre de la faculté Gautam Kamath
2024
Perspectives
Recherche
Recherche 2024

Gautam Kamath, chercheur spécialisé dans les vecteurs, analyse les derniers développements en matière de robustesse et de protection de la vie privée.

2024
Recherche
Recherche 2024
Une IA digne de confiance

Des experts de renommée mondiale en matière de confiance et de sécurité de l'IA publient un article majeur sur la gestion des risques liés à l'IA dans la revue Science

2024
Perspectives
Grands modèles linguistiques

Des protocoles normalisés sont essentiels pour un déploiement responsable des modèles linguistiques