Avec une grande vision, les fondateurs de Toronto peuvent attirer les talents de la Silicon Valley dans le domaine de l'IA 

30 juillet 2020

Blog Perspectives Recherche Une IA digne de confiance

Avec une grande vision, les fondateurs de Toronto peuvent attirer les talents de la Silicon Valley dans le domaine de l'IA 

Les points de vue de Radical Ventures et de l'Institut Vecteur 

30 juillet 2020

L'incertitude récente entourant les visas H1-B et les visas de travail aux États-Unis pour de nombreux rôles professionnels - y compris la programmation informatique - offre aux fondateurs basés à Toronto l'occasion de recruter des talents exceptionnels en apprentissage machine au sud de la frontière. Pour profiter de cette occasion, les fondateurs devraient examiner les cinq pratiques exemplaires suivantes pour trouver, présenter et attirer d'excellents spécialistes de l'IA des États-Unis dans leurs entreprises en démarrage à Toronto.

1. Le pedigree de l'IA de Pitch Toronto

Les fondateurs doivent être en mesure de vendre Toronto comme la meilleure destination pour les ingénieurs en apprentissage automatique basés aux États-Unis qui sont ouverts à un changement de décor mais qui souhaitent toujours être proches de l'action en matière d'IA. Heureusement, les faits sont du côté des fondateurs. La région est le berceau de pionniers de l'apprentissage profond, dont Geoffrey Hinton, lauréat du prix Turing. L'Université de Toronto et l'Université de Waterloo emploient toutes deux des chercheurs accomplis dans le domaine de l'IA et proposent des programmes considérés comme les meilleurs de leur catégorie. L'Institut Vecteur attire et retient des chercheurs en IA de premier plan du monde entier, et offre aux praticiens de l'apprentissage automatique de ses organisations commanditaires - y compris les entreprises en démarrage - la possibilité de travailler avec ses chercheurs sur des projets de pointe liés à l'industrie.

La montée en puissance de Toronto est également révélée par les chiffres. Avec près de 15 000 entreprises technologiques, le corridor Toronto-Waterloo est le deuxième plus grand pôle technologique du continent[1], affichant une forte concentration de startups d'IA. L'intérêt du capital-risque pour les entreprises canadiennes d'IA augmente, avec 658 millions de dollars investis en 2019, contre 289 millions de dollars deux ans auparavant, dont la majorité a été investie dans des entreprises basées à Toronto et à Montréal[2] . Les trois dernières années ont également vu un afflux d'investissements de la part de grandes organisations, avec plus de 45 laboratoires d'IA d'entreprise qui ont ouvert ou se sont agrandis dans la région. L'ambition, l'expertise et l'énergie sont omniprésentes dans le corridor. Pour les ingénieurs désireux de s'installer dans une ville dotée d'une communauté florissante de pairs très performants et de projets intéressants, Toronto est une destination de choix.

2. Cibler les bons talents

Les fondateurs doivent être en mesure d'identifier le sous-ensemble de personnes qui sont réellement enclines à s'installer dans la région. Sans surprise, le public le plus réceptif à la présentation de Toronto est constitué de Canadiens - en particulier d'anciens Torontois - qui vivent et travaillent actuellement aux États-Unis. Il n'est pas rare que ces professionnels aient envie de retourner au nord de la frontière à un moment ou à un autre. La proximité des amis, de la famille et des racines est un attrait important, en particulier lorsque les gens vieillissent. Les immigrants non canadiens qui travaillent aux États-Unis peuvent également être attirés par la stabilité du Canada, ainsi que par la facilité et la rapidité relatives du processus d'immigration du pays. Dans le cadre de la stratégie canadienne en matière de compétences globales, les ressortissants étrangers hautement qualifiés qui répondent aux critères d'admissibilité peuvent obtenir leur visa en deux semaines à compter de la date de dépôt de leur demande. En se concentrant sur ces deux groupes de professionnels en tant que candidats potentiels, les fondateurs auront plus de chances de trouver quelqu'un qui soit disposé à faire le saut au Canada.

3. Formuler une vision

Mais réceptif ne veut pas dire prêt. Il ne suffit pas de trouver et de présenter des candidats prêts à s'installer à Toronto pour les attirer. Laura Buhler, fondatrice de C100, une association californienne à but non lucratif qui vise à faire de la diaspora canadienne un atout stratégique pour les expatriés canadiens dans le domaine de la technologie, a une idée de la façon dont ces candidats pensent. Mme Buhler déclare : "[Les fondateurs] doivent savoir que les meilleurs talents se dirigent vers la plus grande opportunité et la mission la plus convaincante". Elle ajoute que ces talents se poseront la question suivante : "Puis-je saisir les opportunités de leadership les plus significatives dans cette entreprise ? Puis-je tenter ma chance ?"

Les fondateurs doivent s'assurer que l'opportunité qu'ils présentent correspond aux ambitions du candidat. C'est une tâche ardue, qui nécessite de comprendre ce qui motive un excellent candidat, d'être honnête sur la question de savoir si votre organisation est en mesure de le faire, et de procéder aux préparatifs et aux ajustements nécessaires pour y parvenir.

Les meilleurs candidats ont souvent un désir commun : avoir un impact important. Cela peut signifier être responsable d'un travail qui fait bouger l'aiguille du succès d'une entreprise, créer une technologie ou un produit complètement nouveau et passionnant, ou faire un travail qui fait du bien à l'humanité.

Meg Lizza, directrice des talents chez Radical Ventures, un fonds de capital-risque précoce axé sur les investissements dans l'IA et les technologies profondes, déclare : "Il y a un impact lorsque vous intégrez une équipe et que vous, en tant que contributeur individuel, construisez quelque chose à partir de zéro et avez un impact sur l'entreprise dans son ensemble", ou que vous faites "quelque chose qui améliore l'état actuel du monde". Cela signifie que les fondateurs doivent vendre une grande vision, mais aussi planifier et parler avec authenticité de l'ampleur de l'impact qu'un candidat a la possibilité d'avoir s'il rejoint l'équipe.

4. Planifier l'évolution de sa carrière

La plupart des fondateurs n'ont aucun mal à vendre leur vision. Cependant, ils négligent souvent un aspect de la motivation du candidat qui peut faire le succès ou l'échec d'un recrutement : le désir d'avoir un impact continu dans le rôle. Les candidats refusent souvent des entreprises parce qu'il n'y a pas de feuille de route au-delà de quelques projets urgents à court ou moyen terme. C'est ce qu'affirme Lizza, "Souvent, [les candidats qui ont accepté un poste] disent : "J'ai fait le travail de validation du concept, nous avons fait la mise en œuvre. Nous avons procédé à la mise en œuvre. Nous avons formé le modèle. Nous l'avons mis au point. Nous l'avons mis en production. Maintenant, nous sommes en quelque sorte en phase de maintenance et il ne me reste plus rien à faire".

Les spécialistes de l'IA très talentueux n'aiment pas rester inactifs, et s'il semble qu'il n'y ait pas de plan à long terme pour le poste, il sera difficile de les recruter avec succès. Les fondateurs doivent avoir une idée de ce que feront les ingénieurs une fois que le projet envisagé aura été achevé et mis en production. Cela peut signifier que le candidat doit avoir la possibilité d'évoluer dans son poste, éventuellement vers un rôle de direction. 

5. Offrir une rémunération compétitive

Enfin, les fondateurs doivent préparer une bande passante de rémunération avant le début du recrutement et faire preuve de flexibilité pour la bonne personne. Ils doivent également éviter la tentation de se référer à des entreprises locales. Si les candidats viennent de New York, de Boston ou de la Silicon Valley, leurs attentes seront élevées. La rémunération offerte par votre startup n'a pas besoin d'être la même que celle de ces marchés, mais elle doit se situer dans la fourchette. Les fondateurs de Toronto sont en concurrence avec toutes les autres opportunités qui s'offrent à eux, et certaines de ces alternatives se trouveront probablement sur des marchés où le candidat peut obtenir une rémunération importante. Si la capacité de paiement d'un fondateur est bien inférieure à celle d'autres marchés, il doit être franc avec les candidats à ce sujet, leur vendre d'autres avantages et être réaliste quant à ses attentes.

La connaissance de ces cinq points aidera les fondateurs à tirer parti de la possibilité d'attirer les meilleurs talents du Sud. M. Buhler déclare : "[...]Les gens veulent revenir. L'envie est là. Je pense que [quiconque recrute pour des startups canadiennes] devrait comprendre que les gens veulent revenir, mais qu'ils doivent présenter une histoire différente sur les raisons pour lesquelles cela devrait se faire maintenant. Si elles sont prêtes à payer pour le talent, et si elles ont une mission suffisamment importante et passionnante pour que les candidats puissent se voir évoluer au sein de l'entreprise, les startups seront en mesure de recruter".

Avec ces éléments organisés, les fondateurs basés à Toronto peuvent tirer parti de la réputation bien méritée de la ville en tant que plaque tournante de l'IA - et des turbulences actuelles concernant les visas de travail aux États-Unis - pour obtenir un avantage dans la concurrence féroce pour embaucher des talents exceptionnels dans le domaine de l'IA.

----------------------------------------------------------

1. Génome de la startup. Ecosystèmes : Toronto-Waterloo. https://startupgenome.com/ecosystems/toronto-waterloo

2. PwC Canada, CB Insights. Rapport MoneyTree Canada. H2 et FY 2019. https://www.pwc.com/ca/en/technology/publications/697449-pwc-cb-insights-money-tree-canada-h2-19.pdf

En rapport :

Étude de cas
Recherche

BMO, TELUS et leurs partenaires utilisent la boîte à outils Vector AI pour appliquer les techniques de vision par ordinateur dans la lutte contre les changements climatiques

Recherche

Les chercheurs de Vector présentent plus d'une douzaine d'articles à CVPR 2024

Recherche

L'atelier sur la vision par ordinateur de l'institut Vector présente les capacités actuelles et le potentiel futur de ce domaine.